Rapprocher les étudiants et les entreprises, une urgence

Publié le par Le Grand Maillage

Rapprocher les étudiants et les entreprises, une urgence

[ Les Echos 26/11/08  ]

En cette fin 2008, chacun peut sentir à sa façon que nous vivons une époque charnière. Les anciens équilibres sont en pleine reconfiguration, que la crise financière mondiale et ses conséquences viennent accélérer. Dans les dix prochaines années, notre pays, comme le monde qui l'entoure, va connaître de profondes transformations.

Dans une économie mondialisée de plus en plus concurrentielle, il nous faut « faire société de la connaissance ». Une société qui fait de la connaissance le carburant de sa vitalité et de son développement. Une société dans laquelle l'humain représente le premier capital pour les entreprises. Une société dans laquelle la maîtrise des gestes et des pratiques professionnelles doivent se renforcer du savoir et de la connaissance sur la nature des choses.

 

 

L'entreprise requiert que tout soit performant pour rentrer dans le monde de la globalisation. Cela signifie en particulier des exigences qualitatives en matière d'emploi. Dans le même temps, le retournement démographique en cours a déjà des conséquences dans l'ensemble des secteurs de la société et fait naître des besoins quantitatifs importants.

Les étudiants formés à l'université sont un formidable potentiel pour parvenir à gagner sur ces trois enjeux. On nous annonce que la crise financière aura des conséquences importantes sur l'emploi en France. Quand bien même le scénario le plus noir se vérifierait, il faudra bien assurer le remplacement des départs massifs en retraite. Le risque, c'est que la crise actuelle engendre un double aveuglement. Les étudiants n'envisagent plus l'emploi que comme une façon d'échapper à un chômage de plus en plus redouté. Et les entreprises pensent, à l'occasion d'un regain de tension en leur faveur sur le marché de l'emploi, revoir à la baisse leurs conditions d'emploi, en particulier pour les nouveaux embauchés. Ce double aveuglement risque de conduire à une multiplication des erreurs de casting souhaitables ni pour le salarié ni pour l'entreprise.

Pour être et rester compétitives, les entreprises doivent trouver les bonnes compétences, fidéliser les nouveaux recrutés, se rendre attractives et réussir le management intergénérationnel. Pour les étudiants, construire sa vie professionnelle nécessite de se connaître et de savoir se valoriser, de connaître le monde du travail et d'avoir les armes pour y mener son parcours.

La performance viendra de la rencontre entre ces exigences, de la rencontre entre les étudiants et les entreprises, d'un changement de la donne en matière de lien étudiants-entreprises. Les temps sont propices à ce pari. Le devenir professionnel est aujourd'hui la première préoccupation des étudiants (baromètre étudiants-ministère de l'Enseignement supérieur, février 2008) et de leurs familles. Les universités sont engagées dans des politiques pour se rapprocher du monde du travail et préparer davantage l'insertion professionnelle des étudiants. Elles se sont ouvertes à la pédagogie de l'alternance et de la professionnalisation. La nouvelle mission insertion professionnelle donnée par la loi aux universités et la mise en place dans chaque université de bureaux d'aide à l'insertion professionnelle, le plan Campus, la possibilité de créer des fondations universitaires, ouvrent en la matière de nouvelles possibilités qu'il ne faut pas hésiter à saisir.

Il s'agit d'aller plus loin, de soutenir et de renforcer les mouvements de rapprochement en cours, parce que le monde du travail et celui des études reste isolés l'un de l'autre. La rencontre reste à faire pour la grande majorité des étudiants. L'agence La Manu, créée avec le soutien de grandes entreprises et du ministère de l'Emploi, veut aider des dizaines de milliers d'étudiants à s'insérer sur le marché du travail. Les étudiants n'ont pas attendu pour avoir du talent, pour se prendre en main, pour agir dans de nombreux domaines. Il faut désormais leur donner la possibilité de le déployer aussi pour construire leur avenir professionnel.

Julie Coudry et Laurent Berail sont fondateurs de La Manu (www.la-manu.fr).

Extrait des Echos, merci à Loic Abeille, notre butineur d'informations.

 

 

Vite, il reste quelques places pour notre manifestation du 8 décembre.

Toutes les infos ici

Publié dans Evènements

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

voyance par mail 05/09/2016 18:18

Merci pour ton aide, je suis toute nouvelle dans le monde de votre blog.